Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 23:28

Les problèmes fonciers que connaît la Côte d’Ivoire depuis de nombres années n’ont pas encore fini de faire des victimes. C’est ce que vient confirmer ce qui s’est passé dans le village de grand pin, localité située à une dizaine de kilomètres de Bangolo, le chef-lieu de département. En effet, en début de ce mois de novembre 2009, deux allochtones baoulé ont trouvé la mort alors qu’ils étaient dans leurs plantations de cacao.

 

Tout a commencé avec un messager venu annoncer à monsieur K.L, allochtone baoulé, que sa plantation de cacao est envahie par des jeunes gens qui y récoltent les cabosses comme si la propriété est la leur. Indigné K.L accompagné d’un de ses frères décide de s’y rendre pour vérification. Mais les deux planteurs baoulés ne regagneront plus jamais le village. Toute chose qui, naturellement, installe du souci  au cœur de leurs parents. Surtout que toutes les recherches organisées par les villageois sont restées infructueuses.

 

La brigade mixte de gendarmerie appelée appelée à la rescousse découvrira plus tard que les deux baoulés avaient été tués et sommairement ensevelis dans une broussaille. Des suspects sont alors mis aux arrêts et conduits à Bangolo. Là, ils passeront très vite aux aveux avant d’être déférés pour jugement. Selon les sources policières, il reste encore quelques personnes citées dans l’affaire et qui ont pris la poudre d’escampette.

 

N’eut été l’intervention de monsieur AMANI KOFFI, chef des baoulé de Bangolo qui a su apaiser ses parents, une telle affaire aurait pu atteindre des proportions inattendues.

 

Ce genre de faits sont monnaie courante dans l’Ouest où de nombreux allochtones travaillent des terres achetées, il y a très longtemps, à des autochtones. Avec cette période de sortie de crise où l’on est en train de ranger aux oubliettes la guerre, de tels morts sont de trop pour un pays qui en a déjà assez connu.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JOURNALISTE BENEVOLE - dans SOCIETE
commenter cet article

commentaires